Introduction à l’histoire du cinéma d’animation

        Le cinéma d’animation est aussi appelé le « VIIIème art ». Cependant, même s’il a précédé dans le temps le cinéma, il constitue à la fois sa préhistoire et un de ses développement actuel (dessin animé, animation en volume, en images de synthèse, etc)

        Considéré comme l’inventeur du dessin animé cinématographique [1], Émile Courtet -dit Émile Cohl- créa le plus ancien dessin animé connu à ce jour, Fantasmagorie, projeté pour la première fois le 17 août 1908 au théâtre du Gymnase à Paris pour la société Gaumont. On notera toutefois qu’Émile Reynaud projeta des dessins animés de plus de 500 images, grâce à son théâtre optique, un système proche du projecteur de cinéma, dès le 28 octobre 1892, soit 3 ans avant la projection cinématographique des frères Lumière [2].

Fantasmagorie

Fantasmagorie, Emile Cohl, 1907-1908.

        En effet, ce dernier est reconnu comme étant le précurseur du cinéma d’animation. Il invente dès 1876, au Puy en Velay, le praxinoscope. Ce fut la première invention brevetée d’Émile Reynaud -brevet déposé en 1877-. Il s’agissait d’un jouet optique donnant l’illusion du mouvement permettant, par rapport à d’autres jouets optiques tel que le phénakistiscope de Joseph Plateau (1831), une meilleure visibilité des dessins représentés et le visionnement à plusieurs personnes. Il  est constitué d’une bande amovible imprimée d’une série de 12 dessins qui décompose un mouvement cyclique. Cette bande est disposée à l’intérieur d’un tambour tournant autour d’un axe servant accessoirement de pied. Émile Reynaud ajoute à l’intérieur du tambour, tournant sur le même axe, un cylindre à facettes sur lequel sont disposés 12 petits miroirs reflétant chacun un dessin. Un bougeoir sur la partie supérieure de l’axe agrémente l’objet. Avec le système de cylindre de miroirs, le spectateur ne visionne qu’un dessin à la fois : celui reflété dans le petit miroir qu’il a en face de lui. Avec la rotation du tambour, les images se substituent les unes aux autres sans obturation.

        Cette invention obtiendra une « mention honorable » à l’Exposition universelle de Paris de 1878 et aura un beau succès commercial. Il permettra à son inventeur de continuer ses recherches jusqu’à la création du praxinoscope à projection en 1880. C’est la naissance du dessin animé (non cinématographique, nuance importante).


[1] C’est-à-dire sur pellicule de cinéma (celluloïd ou cellulo).

[2] Le 28 Décembre 1895 : première projection publique ET payante des films Lumière au Salon indien du Grand Café à Paris. Date référence dans l’histoire du cinéma faisant du cinéma un spectacle.



Le petit moulin à paroles |
Les petits riens de Domi |
Make your dreams come true |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | créativ_db
| PatBlog
| amies